Me Augustin Senghor: Chronique d’un maitre looser

31 janvier 2015

Plus que les quarts de finales, c’était l’honneur d’une génération et d’un peuple qui était en jeu ce mardi. Mais cela ne suffisait apparemment pas à briser le charme, à sortir des phases de poules, que nous ne dépassons plus depuis 2006. La porte se referme devant tout un peuple, et devant Saint « Augustin » Senghor qui a du mal à réussir depuis sa prise de destinée du football local.

 

Le calice jusqu’à la lie. Cette expression résume parfaitement la nouvelle désillusion du Sénégal en terre Equato Guinéenne.  Quelle honte, quelle humiliation ! Mardi, à Malabo, le « Lion » a été métamorphosé en « Chat ». Après les Bata 2102, les jeunots ont également coulé à pic à Malabo, prolongeant le cauchemar de toute une nation, cristallisant les doutes, les inquiétudes autour du rêve des contemporains de voir un jour le Sénégal brandir une CAN.  La manière dont les Lions ont étalé leur impuissance pour leur dernière sortie face à l’Algérie, le sentiment d’impuissance qui les a accompagnés durant toute la rencontre suffit à ressusciter les fantômes de 2012, les spectres de l’angoisse. Face aux troupes de Christian Gourcuff, ceux d’Alain Giresse  se sont faits tout petits.

Lire la suite de l’article »

Stade Demba Diop : A quand Le re-toilettage ?

13 septembre 2013

 

Stade le plus utilisé du Sénégal, Demba Diop s’étouffe peu. Entre coupure d’électricité et détérioration du gazon, le stade réclame une nouvelle réhabilitation. Une enveloppe de 200 millions avait été annoncée dans le cadre de la réfection de Demab Diop. Cependant jusqu’à présent l’affaire est comme restée sans suite. Lire la suite de l’article »

Me El Hadj Diouf mouille Ndoffène Fall : « Mon accusateur est un grand voleur

13 septembre 2013

 

ME El Hadj Diouf est officiellement à la présidence du Jaraaf. Le réputé se dit être l’homme de la situation. Toutefois le clou de sa candidature a été le déballage sur les micmacs de Ndoffène Fall.

 M. NDOYE

Me El Hadj Diouf  torche Ndofène Fall. Lors de la conférence de presse tenue à « Keur Jaraaf », le président « par intérim »  de l’Asc  a annoncé sa candidature à la présidence du club tout en lâchant des bombes sur la tête du manager général du club et non moins candidat déclaré à la succession de Wagane Diouf.   Lire la suite de l’article »

Yékini prend sa retraite

15 mai 2013

Le lutteur Yakhya Diop Yékini aurait pris  sa retraite. Selon une source proche de la personne, l’ancien roi des arènes « a décidé de ranger » son  « Nguimb » et se tourner vers autre chose. Lire la suite de l’article »

Basketball sénégalais : Droit dans le mur ?

21 avril 2013

Alors que 2013 est une année charnière pour la balle orange, deux Afrobasket séniors, deux championnats du monde U19, les jeux de la francophonie. Le maigre budget de 170 millions alloués au basket est synonyme d’échec avant l’heure.  Lire la suite de l’article »

Début de la fin

17 avril 2013

Il ne reste plus presque rien à Karim Wade que de se résigner. Les choses s’accélèrent en une vitesse vertigineuse pour le tout puissant ex-ministre d’Etat. La Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) a conclu le travail de longue haleine entamé depuis près d’un an. C’était par une conférence de presse largement commentée que le Procureur spécial Alioune Ndao avait démarré le «boulot».

Lire la suite de l’article »

Sénégal-Côte d’Ivoire : Remonter deux buts n’est pas une mission-impossible

13 octobre 2012

Les joueurs sénégalais sont sereins et déterminés à quelques heures de rencontrer la Côte d’Ivoire en dernier tour retour des éliminatoires pour la CAN 2013. Les Lions de la Téranga ont mis de côté la frustration du match aller à Abidjan (défaite 4-2) et croient en leur chance d’inverser la tendance, à Dakar. L’histoire de ce jeu a offert des retournements de situations les plus fous.

Par M.NSénégal-Côte d’Ivoire	: Remonter deux buts n’est pas une mission-impossible  dans Environnement stade-leopold-sedar-senghor-dakar

Lire la suite de l’article »

Kadhafi est bien mort par balles, selon le légiste

24 octobre 2011

Les circonstances de la mort de Mouammar Kadhafi se précisent. L’ex-dirigeant libyen, capturé et décédé jeudi à Syrte, a été «tué par balles», selon le médecin légiste ayant pratiqué son autopsie. Celui-ci a toutefois refusé dimanche soir de dévoiler davantage d’informations, son rapport n’étant «pas fini».
 Kadhafi est bien mort par balles, selon le légiste 508112470
«J’ai autopsié Mouammar Kadhafi et Aboubakr Younès Jaber (le ministre de la Défense du régime déchu, ndlr) la nuit dernière, et Mouatassim (le fils de l’ex-«Guide» libyen, ndlr) la nuit d’avant», a déclaré dimanche soir Othman El-Zentani. «C’était une autopsie standard complète, conforme à toutes les normes scientifiques et de l’Union européenne», a-t-il poursuivi. «Leurs blessures nous ont indiqué combien de tirs par balles ils ont reçus. (…) Nous avons des réponses à toutes les questions», dont celle de savoir si Kadhafi est mort lors de combats ou s’il a été exécuté, a-t-il ajouté, assurant que les trois étaient morts par balles.

Les cadavres sont de nouveau exposés dans une chambre froide à Misrata, une ville située à 215 km à l’est de Tripoli, où les Libyens se succèdent par milliers depuis vendredi pour voir le corps du dictateur. Ce dernier doit ensuite être rendu à ses proches, qui décideront du lieu de son inhumation en concertation avec le Conseil national de transition (CNT).

«Rien ne sera caché»
Un peu plus tôt, le numéro deux du CNT, Mahmoud Jibril, avait déclaré que, selon le rapport d’autopsie, l’ancien «Guide» libyen avait succombé après un échange de tirs. «Le médecin légiste affirme dans son rapport qu’il (Kadhafi) était déjà blessé, a été sorti (de la canalisation où il s’était réfugié, ndlr), mis dans un camion, et que sur le chemin vers l’hôpital de campagne, il y a eu un feu croisé des deux côtés, a expliqué le premier ministre libyen. Je ne sais pas si la balle qui l’a frappé à la tête provenait de sa propre sécurité ou des brigades des révolutionnaires». Il n’y a «aucune raison de douter de la crédibilité» de l’examen du médecin légiste, a encore indiqué Mahmoud Jibril. «Ils ont pris des échantillons de son ADN, de son sang, de ses cheveux, des poils du visage… Tout échantillon nécessaire».

Depuis jeudi, la mort du colonel Kadhafi n’a cessé de prêter à controverses. Alors que les nouvelles autorités libyennes martèlent depuis le début la thèse d’un décès intervenu dans un échange de tirs, de nombreuses sources font pour leur part référence à une exécution sommaire. En intervenant dimanche soir, le docteur Othman El-Zentani, chef du service national de médecine légale qui a autopsié Kadhafi, a donc tenté d’empêcher toute conclusion hâtive. Le médecin a indiqué devoir «attendre le feu vert de (son) supérieur», le procureur général Abdelaziz Al-Ahsadi, qui doit intervenir dans les prochains jours, avant de pouvoir donner plus de précisions. Et le médecin d’assurer : «Rien ne sera caché».

La cache de Kadhafi était connue par l’Allemagne
Le site internet du magazine allemand Der Spiegel a par ailleurs rapporté dimanche que les services secrets du pays connaissaient depuis des semaines la cache du colonel Kadhafi à Syrte, grâce à un réseau d’informateurs très bien renseignés. Mais les forces allemandes n’auraient pas transmis les données de localisation précises qui ont mené à l’attaque de l’Otan jeudi dernier. L’Allemagne avait refusé en mars dernier de participer au côté de la France et de la Grande-Bretagne à l’action menée par l’Alliance attlantique pour déloger du pouvoir Kadhafi.

Autre information révélée dimanche : l’ex-«Guide» libyen avait recruté une vingtaine de mercenaires sud-africains pour l’aider à fuir de sa ville natale de Syrte, où il était assiégé, vers le Niger, selon l’hebdomadaire sud-africain Rapport . Lorsque leur convoi a été attaqué, Kadhafi et quelques gardes se sont cachés dans une canalisation proche, a raconté l’un d’eux au journal afrikaans, tandis que d’autres mercenaires fuyaient dans toutes les directions. «Ça a été un massacre horrible, horrible», a-t-il commenté, évoquant un «échec massif» de l’opération face à l’attaque menée par l’Otan. «La pauvre chose criait comme un cochon!», a-t-il poursuivi, en faisant référence aux derniers instants du dictateur. La plupart des mercenaires s’en sont sortis parce que les Libyens ont crié de ne pas tirer sur des étrangers, et les ont même aidés à fuir, a-t-il encore déclaré, évoquant deux morts parmi les mercenaires. Le ministère sud-africain des Affaires étrangères n’a pas voulu commenter ces informations.

Sources le Figaro

5 avril 2011

Mouammar Kaddafi serait prêt à trouver une issue diplomatique au conflit qui gangrène la Lybie depuis presque deux mois, mais pas à quitter le pouvoir.

 dans International Tied%2Bto%2Bhis%2Bpeople

Il promet des réformes mais ne partira pas. Selon le porte-parole du gouvernement libyen, le régime pourrait négocier des élections ou un référendum en Libye, mais pas à n’importe quel prix. Moussa Ibrahim est clair, aucune  réforme n’est pas envisageable sans le « Guide » suprême. « Le leader [Mouammar Kaddafi] est la soupape de sécurité pour le pays et pour l’unité de la population et des tribus. Nous pensons qu’il est très important pour toute transition vers un modèle démocratique et transparent », a-t-il averti dans la nuit de lundi à mardi.

 

Lire la suite de l’article »

Alerte info Paris confirme que Laurent Gbagbo ne s’est pas encore rendu Laurent Gbagbo négocie son départ du pouvoir

5 avril 2011

Après avoir tenu tête à la communauté internationale pendant quatre mois, Laurent Gbagbo négocie les termes de son départ, cédant à l’offensive des forces de son rival appuyées par les casques bleus de l’Onuci et des soldats français de l’opération Licorne

 

« Des négociations directes sont en cours, basées sur des recommandations de l’Union africaine qui stipulent qu’Alassane Ouattara est président », a déclaré mardi son porte-parole, Ahoua Don Mello, à l’agence Reuters, ajoutant que la France servait d’intermédiaire avec le camp d’Alassane Ouattara.

 Alerte info  Paris confirme que Laurent Gbagbo ne s'est pas encore rendu Laurent Gbagbo négocie son départ du pouvoir dans International gbagbo_web

 

 

Les discussions portent notamment sur des garanties juridiques et sur la sécurité de Laurent Gbagbo et ses proches. « Si tout se passe bien, nous aurons sous peu une déclaration », a ajouté le porte-parole du président sortant.

Lire la suite de l’article »

12345...31