Le journaliste Taoufik Ben Brick condamné, Paris réagit

Par RFI

La France « regrette la décision » de la justice tunisienne qui a condamné le journaliste et opposant politique, Taoufik Ben Brick, à six mois de prison ferme pour violences contre une femme.

Le journaliste Taoufik Ben Brick condamné, Paris réagit  000_Par2903265_0

Des responsables de RSF manifestent pour la libération de Taoufik Ben Brik, le 18 novembre 2009.

AFP/Arthur Herbulot

 

 

Une fois n’est pas coutume, Paris a réagi rapidement après l’annonce, ce matin, du verdict de la justice tunisienne qui condamne Taoufik Ben Brick à six mois de prison ferme pour violences contre une femme. « Nous regrettons cette décision et rappelons notre attachement à la liberté de la presse en Tunisie comme partout dans le monde », a déclaré, lors d’un point de presse régulier, le porte-parole du ministère Bernard Valero en réponse à une question sur cette condamnation.

La seule issue honorable pour Reporters sans frontières, aurait été l’acquittement. L’association appelle les gouvernements étrangers à demander la libération immédiate du journaliste.

Pour de nombreuses organisations de droits de l’homme et pour l’accusé lui-même, il s’agit d’une affaire montée de toute pièce. Personne ne connaît le visage de Rym Nasraoui, la femme d’affaire de 28 ans qui accusait le journaliste d’avoir embouti sa voiture, puis de l’avoir injuriée et frappée : elle n’a pas fait le déplacement pour le procès.

Devant les juges, Taoufik Ben Brick a affirmé avoir être « victime d’un traquenard » posé, selon lui, par la police politique en raison de ses écrits contre le régime du président Zine El Abidine Ben Ali qui a été réélu en octobre avec 89,62 % des voix. Ses avocats ont déjà annoncé leur intention de faire appel.

Une réponse à “Le journaliste Taoufik Ben Brick condamné, Paris réagit”

  1. soldaleu dit :

    « Ma bouche sera la bouche des malheurs qui n’ont point de bouche »

    roll back injustice

Laisser un commentaire