Le « djihad » de Kadhafi contre la Suisse ne passe pas

La Suisse a reçu ce vendredi le soutien des Nations unies et de l’Union européenne après l’appel à la guerre sainte économique lancée jeudi par le président libyen, en pleine crise diplomatique avec Berne.

Le

« C’est contre la Suisse mécréante et apostate qui détruit les maisons d’Allah que le djihad doit être proclamé par tous les moyens. Tout musulman partout dans le monde qui traite avec la Suisse est un infidèle contre l’islam, contre Mahomet, contre Dieu, contre le Coran. Boycottez la Suisse : boycottez ses marchandises, boycottez ses avions, ses navires, ses ambassades, boycottez cette race mécréante, apostate, qui agresse des maisons d’Allah. Le djihad contre la Suisse, contre le sionisme, contre l’agression étrangère (…) n’est pas du terrorisme« .

Habitué à la provocation, Mouammar Kadhafi, réhabilité dans la communauté internationale, n’a pas fait dans la dentelle jeudi soir lors d’un discours à Benghazi pour la fête du Mouloud, qui commémore la naissance du prophète Mahomet. Avec ces propos, le dirigeant libyen entend notamment protester contre la construction de minarets approuvée par référendum fin novembre 2009 en Suisse.

La diatribe intervient également alors que les relations diplomatiques entre les deux pays sont en crise depuis juillet 2008 et l’interpellation musclée d’Hannibal Kadhafi, l’un des fils du dirigeant, après une plainte de deux domestiques l’accusant de mauvais traitements. Peu après, les autorités libyennes avaient arrêté deux hommes d’affaires suisses, jugés pour « séjour illégal » et « exercice d’activités économiques illégales ».  Le premier, Rachid Hamdani est rentré en Suisse ce mercredi. Le second, Max Göldi, purge depuis le milieu de la semaine une peine de quatre mois de prison après qu’il se soit livré aux autorités. Les négociations vont bon train sur une éventuelle libération. La crise a aussi abouti à des mesures restrictives d’obtention de visas entre les deux pays, puis, par ricochet à l’espace Schengen.

Aucun commentaire suisse

Berne n’a fait aucun commentaire sur la tirade de Mouammar Kadhafi. En revanche, la communauté internationale se dit indignée. « Je crois que de telles déclarations de la part d’un chef d’Etat sont inadmissibles dans le cadre des relations internationales. Et je ne parle même pas d’actes « , estime le directeur général des Nations unies à Genève, Sergei Ordzhonikidze. Le ministère français des Affaires étrangères qualifie quant à lui ces propos d’ »inacceptables« , enjoignant les deux pays à régler leur différend « par la négociation« . « Ces commentaires arrivent à un moment inopportun, au moment où l’Union européenne travaille intensément avec la Suisse pour parvenir à une solution diplomatique« , renchérit un porte-parole de la chef de la diplomatie de l’Union européenne, Catherine Ashton. L’appel au djihad laisse enfin la communauté musulmane suisse de marbre. « Ce sont des propos qui n’ont absolument aucun sens puisqu’il n’a aucune autorité pour le dire« , souligne l’ancien porte-parole de la mosquée de Genève, Hafid Ouardiri.

Ce n’est pas la première fois que Mouammar Kadhafi menace la Suisse. En 2009, lors de l’Assemblée générale de l’Onu,  il avait proposé de dissoudre le pays et de répartir ses territoires entre les pays avoisinants.

le 26 février 2010 à 16:20 par Rfi

Laisser un commentaire