• Accueil
  • > Actualité
  • > EN DIRECT. Egypte : heurts entre police et manifestants pendant la prière

EN DIRECT. Egypte : heurts entre police et manifestants pendant la prière

EN DIRECT. Egypte : heurts entre police et manifestants pendant la prière dans Actualité 1247105_caire_640x200

Les manifestations contre le régime égyptien d’Hosni Moubarak se multiplient en Egypte. Jeudi, la ville de Suez a pris des allures de champ de bataille, avec de très violents affrontements entre police et protestataires. septième décès, à Cheikh Zouwayed, dans le nord du Sinaï. Un manifestant a été mortellement atteint d’une balle dans la tête lors d’un échange de tirs entre manifestants bédouins armés et forces de sécurité, selon des témoins.


Le pouvoir a averti durant la nuit qu’il allait prendre «des mesures décisives» contre les manifestants, qui comptaient protester de nouveau vendredi, après la prière. Les jeunes militants pro-démocratie ont appelé à de «nouvelles manifestations de la colère» et les Frères musulmans, première force d’opposition en Egypte, ont annoncé leur participation. Ils seront rejoints par Mohammed ElBaradei, ancien directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique, qui s’est dit, à son retour au Caire, prêt «à mener la transition démocratique». 

12 heures. Une marche de protestation a commencé dans la ville de Kafr Al-Dawar, une cité industrielle à une poignée de kilomètres d’Alexandrie.

11h54. Des accrochages éclatent entre police et manifestants en présence d’ElBaradei, devant une mosquée du Caire.

11h50. L’opposant Mohamed ElBaradei, rentré jeudi soir en Egypte, participe à la prière hebdomadaire
 avec 2 000 personnes sur une place publique du centre du Caire. 

11h30. L’ONU s’en mêle. La liberté d’expression doit être «totalement respectée» en Egypte, a demandé Ban Ki-Moon en marge du sommet économique de Davos (Suisse). Le secrétaire général de l’ONU a également invité les autorités politiques de la région à considérer cette situation comme une «opportunité à s’engager sur les moyens de répondre aux aspirations légitimes de leurs peuples». 

10h30.
 La police se déploie en masse dans la capitale, selon CNN.

10 heures. Sur Twitter, les messages se multiplient : les réseaux de téléphonie portable sont coupés, seuls les téléphones filaires fonctionnent.

8 heures. Les communications coupées. Le réseau internet est inaccessible, l’information est confirmée dans tous les grands hôtels cairotes contactés par l’AFP.

7 heures. Les réseaux sociaux et les SMS ne passent plus depuis minuit dans certains quartiers du Caire, la capitale. Les Egyptiens s’attendent à ce que les réseaux de téléphonie soient bientôt coupés, comme mardi lors des premières manifestations. 

3h30. Les autorités se crispent. Une vingtaine de membres des Frères musulmans, première force d’opposition en Egypte, ont été arrêtés dans la nuit de jeudi à vendredi, dont cinq anciens députés. Un peu plus tôt, cette formation qui représente 5 millions de personnes avait appelé à participer aux manifestations de vendredi.

2h54. Human Right Watch dénonce l’usage disproportionné de la force. L’ONG indique par ailleurs avoir de «vraies préoccupations au sujet de possibles mauvais traitements» dont pourraient faire l’objet les personnes arrêtées dans le cadre des manifestations. 

1h40. Un comité de solidarité avec la lutte du peuple égyptien appelle à se réunir ce soir, à 18h30, place de la Fontaine des Innocents, derrière les Halles, à Paris.

Vendredi, 0h07. «La violence n’est pas une solution aux problèmes de l’Egypte», assure Barack Obama. Le président américain s’est livré à un discours ménageant la chèvre et le chou, Moubarak et les réformateurs.

Jeudi, 23h50. Le ministère égyptien de l’Intérieur met en garde les manifestants qui comptent protester de nouveau vendredi. «Le ministère de l’Intérieur affirme que des mesures décisives seront prises pour faire face à de telles actions, en conformité avec la loi», indique un communiqué. 
 

Laisser un commentaire