• Accueil
  • > Environnement
  • > Sénégal-Côte d’Ivoire : Remonter deux buts n’est pas une mission-impossible

Sénégal-Côte d’Ivoire : Remonter deux buts n’est pas une mission-impossible

Les joueurs sénégalais sont sereins et déterminés à quelques heures de rencontrer la Côte d’Ivoire en dernier tour retour des éliminatoires pour la CAN 2013. Les Lions de la Téranga ont mis de côté la frustration du match aller à Abidjan (défaite 4-2) et croient en leur chance d’inverser la tendance, à Dakar. L’histoire de ce jeu a offert des retournements de situations les plus fous.

Par M.NSénégal-Côte d’Ivoire	: Remonter deux buts n’est pas une mission-impossible  dans Environnement stade-leopold-sedar-senghor-dakar

Aujourd’hui 18 heures 30 les lions du Sénégal devront escalader le pachyderme ivoirien afin de

décrocher leur qualification pour la prochaine Coupe d’Afrique des nations (Can) en Afrique du Sud. Cependant la mission s’annonce plutôt difficile, mais pas du tout impossible,  car à l’aller les joueurs sénégalais se sont fait battre par 4-2. Après avoir menés par deux fois au score les ivoiriens à Félix Houpouet Boigny, les hommes de Joseph Koto n’ont finalement pas su conserver le résultat. A l’arrivée, ils quittent Abidjan avec un gap de deux buts.

A quelques heures du coup d’envoi de ce match retour, les lions ont tourné la page. Certes la défaite est toujours gravée dans les esprits, néanmoins les joueurs sénégalais croient dur comme faire que l’exploit est possible cet après-midi à Léopold Sédar Senghor.

« La  grande majorité de l’opinion croit que l’exploit est possible à Dakar. Et nous devons ne pas nous relâcher. Nous devons y croire jusqu’au samedi 13, jusqu’aux environs de 21 heures. Tout le monde doit être présent afin que l’on puisse sortir victorieux du choc » analyse Me Augustin Senghor.

Il faut y croire et quoi de plus logique à cet effet. Après tout il ne s’agit que de football. Un jeu qui se joue et se gagne à 11 joueurs. Deux buts à remonter en 90 minutes. C’est largement possible et l’histoire de ce beau jeu a offert d’improbables renversements de situations.

 

L’histoire de ce beau jeu a offert d’improbables renversements de situations.

 

Durant la saison 1985-86 en 16e de finale de la coupe de l’Uefa, le Real de Madrid réalise le retournement de situation  le plus spectaculaire de l’histoire.   Parce que c’est la seule fois en plus d’un demi-siècle d’histoire qu’une équipe battue 5-1 à l’aller a réussi à se qualifier. En perdant  5-1 à l’aller chez les allemands du Borussia Monchengladbach, les Madrilènes réussissent un sacrée retour (4-0) à Bernabeu.  D’ailleurs quand les Allemands laminent le Real à l’aller, l’affaire parait plier. Uwe Rahn chambra même gentiment les Madrilènes. « Attention, lui répond Juanito, un match à Bernabeu, c’est long, très long ». Au bout de 90 minutes de jeu, le miracle avait eu lieu. Le real venait une fois de plus de repousser c’est propre limite.

Des renversements de ce genre, on peut en citer quelques-uns de plus : 2004 :Milan AC – La Corogne : (4-1 aller 0-4 retour) ; Coupe de l’UEFA 1987-88 Espanyol Barcelone-Leverkusen: 3-0 (0-3) ; Coupe UEFA 1984-85 Queens Park Rangers – Partizan Belgrade : 6-2(0-4) ; Coupe des Coupes 1963-64 Manchester Utd-Sporting: 4-1(0-5) etc.

C’est dire qu’aujourd’hui le peuple attend que ses joueurs repoussent leurs propres limites. Si l’histoire est donc remontée, c’est pour rejoindre le président de la fédération et naviguer dans le même sillage que lui et dire que l’exploit est bien possible à Dakar. « Nous pouvons battre la Côte d’ivoire et entrevoir la prochaine Can» déclare Me Senghor.

A Abidjan, les Lions de la Téranga avaient fait jeu égal avec les Eléphants avant de craquer durant le dernier quart d’heure. Cette fois, les Sénégalais devront être féroces durant l’entame. « Il faudra être bien en place, bien entamer le match, être très présent lors des quinze premières minutes, analyse Ibrahima Touré. Il faudra marquer le maximum de but rapidement. Si on arrive à faire ça, on se qualifiera ».

 

Ricardo Faty y croit aussi : « Il faudra jouer sans complexe, jouer les coups à fond offensivement et être attentif défensivement bien sûr. Il faudra prendre l’avantage le plus vite possible, attaquer, ne pas avoir peur, prendre le match à bras-le-corps. Le stade sera plein à Dakar. J’espère que tous les Sénégalais seront là pour nous soutenir. »

Par rapport à cette inquiétude  de Faty, il ne devrait pas y avoir de souci. Le stade risque de refuser du monde.  « Les billets se sont arrachés comme des petits pains, laisse entendre toujours le président de la fédération ».  Et le stade risque « va être transformé en enfer pour les ivoiriens » renchérit le président du 12e Gaindé. L’autre bonne nouvelle dans tout ça, le Sénégal n’a jamais perdu face à la Côte d’Ivoire à Dakar en match officiel.

Une réponse à “Sénégal-Côte d’Ivoire : Remonter deux buts n’est pas une mission-impossible”

  1. Moziss dit :

    Vive une reconstruction apaisée du football sénégalais. Les choses n’iront bien que si tout le monde tire dans le même sens en faisant des considérations crypto-personnelles. Par ailleurs il faudrait prêter une attention toute particulière à placer des hommes qu’il faut aux places qu’il faut. Il faut démaquiller les incompétences et mettre en exergue les expertises qui, disons le nous, sont loin de faire défaut au Sénégal. Comme dirait l’autre: « la réussite est au bout de l’effort ».

    «Citius, Altius, Fortius» *

Laisser un commentaire